.

&Ca se passe en France : Des centres d'appel dans les prisons

X
  • -

  • &Ca se passe en France : Des centres d'appel dans les prisons

    Des prisonniers franais pourraient bientt tre employs par des oprateurs de centres d'appel pendant leur dtention, au sein mme de leur tablissement. Le projet mane du ministre de la Justice qui avance, pour justifier son projet, que l'emploi fait figure de pierre angulaire dans la rinsertion. Or, prs de 40 % de la population carcrale n'a jamais travaill avant son incarcration et, au 1er juin, 63.838 individus taient en prison. Le ministre de la Justice s'est fix comme objectif de fournir un emploi 3.000 dtenus d'ici trois ans.
    Deux oprateurs de centres d'appel seraient dj en lice pour amnager des plates-formes tlphoniques dans deux prisons franaises, qui pourraient ouvrir l'une l'automne, l'autre d'ici la fin de l'anne. Mais dj la mesure suscite une leve de boucliers de la part des syndicats de la branche. En effet, les rgles applicables au travail des prisonniers diffrent de celles qui rgissent le travail des autres salaris. Ainsi, le minimum salarial et le niveau des cotisations en prison sont plus bas qu' l'extrieur. De quoi susciter l'intrt d'autres entreprises...

    Menace sur la crdibilit des professionnels du secteur
    "Concurrence dloyale", rugissent de concert CGT et CFDT. Les deux syndicats, bien que sensibles au souci de rinsertion, estiment que le projet revient employer des personnels non qualifis et sous-pays au dtriment de professionnels, dont les conditions de travail et de rmunration sont dj difficiles.
    "Il est important d'avoir une politique de rinsertion des dtenus, mais l'option choisie n'est pas la bonne", affirme Franca Madinier, secrtaire national de la CFDT conseil, communication, culture, contacte par lepoint.fr. "Ce projet va l'encontre de tout le travail men conjointement par le ministre, le patronat et les syndicats, depuis plusieurs annes, dans le but de redorer le blason des centres d'appel et, surtout, celui des professionnels du secteur", explique-t-elle. "Des efforts ont t faits pour que ces mtiers, longtemps perus comme de simples "jobs", soient mieux considrs. Si l'on place de nouveau ces postes n'importe qui n'importe comment, sans la moindre formation, cela revient dcrdibiliser la profession", regrette la syndicaliste.

  • #2
    [align=left]

    c'est vrai que cela fera plaisir au prisonniers mais a manque de proffessionalisme.

    au dbut j'ai eu peur j'ai cru qu'on a emprisonn des centes d'appel ... je me suis dit : et les maocains qui y travaillent ici? iront au chomage?

    merci pour l'information!
    [/align]



    • #3
      merci pour l'article :)
      [ALIGN=CENTER][TABLETEXT="width:70%;background-image:url('http://www.anaqamaghribia.com/vb/backgrounds/16.gif');border:1px double deeppink;"][CELL="filter:;"][ALIGN=center]


      [/ALIGN][/CELL][/TABLETEXT][/ALIGN]


      • #4
        merci ma soeur pr l'article

        1. 0 1.

        2,525, 26-09-2016 21:58.

        ...
        X