.

Fter ou pas Nol, le jour de lAn ?...

X
  • -

  • Fter ou pas Nol, le jour de lAn ?...

    [frame="7 80"]


    Limm Ibn al-Qayym (rahimahullh) a expliqu aprs avoir soulign le caractre blmable du fait de fliciter les infidles dans le cadre de lun de leur mariage, ou une naissance, ou leur souhaiter prosprit, bonne sant et autre que limm Ahmad sur cela, a dans lune de ses variantes, permis ces pratiques et dans une autre parole, il la interdit. Ibn al-Qayym (rahimahullh) dit : Quant aux flicitations lors des cultes propres aux infidles, elles sont unanimement interdites. Il sagit, par exemple, de les fliciter pour leurs ftes et pour leur jene en disant bonne fte ou joyeuse fte ou dautres expressions semblables. Si lauteur de telles expressions ne tombe pas lui-mme dans linfidlit, il commet un acte interdit au mme titre que la prsentation de flicitations quelquun qui se prosterne devant une croix. Cest mme plus grave auprs dAllh et plus dtestable que de fliciter quelquun pour avoir bu de lalcool ou tu une personne ou commis des rapports sexuels illicites, et autres. Pourtant, nombreux sont ceux qui agissent de la sorte envers la religion et qui se comportent de cette faon tout en tant inconscient de la gravit de leurs actes. Quiconque flicite une personne auteur dun acte de dsobissance ou dune innovation ou dune mcrance, sexpose la colre dAllh [2].
    Dans le mme sens - SHeikh Ibn Uthaymn (rahimahullh) - dit que linterdiction de fliciter les infidles pour leurs ftes revt la gravit dont parle Ibn al-Qayym parce quelle implique la reconnaissance de leurs pratiques impies et leur agrment, mme si le musulman impliqu ne confirme pas linfidlit. Toujours est-il quil est interdit au musulman de reconnatre les pratiques impies et de fliciter leurs auteurs, car Allh Tala - ne les agr pas. A ce sujet, Il dit :
    ..Si vous ne croyez pas, Allh se passe largement de vous. De Ses serviteurs cependant, Il nagre pas la mcrance. Et si vous tes reconnaissants, Il lagre pour vous

    [3]
    Et dit
    ....Aujourdhui, les mcrants dsesprent (de vous dtourner) de votre religion : ne les craignez donc pas et craignez- Moi. Aujourdhui, Jai parachev pour vous votre religion, et accompli sur vous Mon bienfait. Et Jagre lIslm comme religion pour vous.

    [4]
    Il est donc interdit de les fliciter loccasion de leurs ftes, que ce soit dans le cadre du travail ou pas.
    SHeikh (Ibn Uthaymn) dit encore que sils nous flicitent loccasion de leurs ftes, nous ne leur rpondons pas, car leurs ftes ne nous concernent pas et ne sont pas agres par Allh Tala. Elles constituent des innovations dans leur religion. A supposer quelles renferment un fondement lgal, elles ont t abroges par lIslm apport par Muhammad toutes les cratures et propos duquel Allh Tala - dit :
    Et quiconque dsire une religion autre que lIslm, ne sera point agr, et il sera, dans lau-del parmi les perdants.

    [5]
    Il est donc interdit au musulman de rpondre leur invitation cette occasion, cela impliquant une participation plus grave que la simple prsentation de flicitations - nous dit SHeikh. De plus, il est galement interdit aux musulmans dimiter les infidles en clbrant leurs ftes, en changeant des cadeaux, en distribuant des bonbons ou des repas ou en abandonnant le travail et dautres actes semblables. Cela sur la base des propos du Prophte (sallallahu alayhi wa sallam ) qui dit : Quiconque cherche ressembler des gens leur est comparable SHeikh al-Islm Ibn Taymiyyah (rahimahullh) dit dans son livre intitul Iqtidh as-Sirt al-Moustaqm Moukhalafat asshb al-Djahm : Les imiter dans certaines de leurs ftes les rend contents de leurs pratiques vaines. Cette imitation peut mme leur donner lide dessayer dattirer les faibles, quand une occasion propice se prsente eux .
    Quiconque se comporte de la sorte commet un pch ; quil le fasse par politesse ou par amiti ou pour dautres raisons, car dans tous les cas, il sagit de concession en matire de religion qui constitue un appui moral aux infidles susceptibles de les rendre fiers de leur religion. [6]
    Dans son livre encore Iqtidh as-Sirt al-Moustaqm Moukhalafat asshb al-Djahm SHeikh Al-Islm Ibn Taymiyyah (rahimahullh) est longuement revenu sur la question des ftes et rencontres nouvellement inventes et qui nont aucun fondement en lIslm tout en les condamnant. Il soutient que la plupart des gens ne ralisent pas encore lampleur des torts que ces ftes hrtiques font subir la religion, notamment lorsquil sagit de pratiques cultuelles institues. Mme les plus intelligents nen saisissent quune infime partie.



    [1] Fatw Moussirah, 3/672-673
    [2] Kitb Ahkm Ahl udh-Dhimma de Ibn al-Qayym, p. 153-154
    [3] Coran, 39/7
    [4] Coran, 5/3
    [5] Coran, 3/85
    [6] Madjmu Fatwa de SHeikh Ibn Uthaymn, 3/44-46 Voir aussi Kitb Moudhhirou al-Tachabah bil-Koufr de Achraf Ibn Abdel-Hamd, p. 425-427


    [/frame]



    source:manhaulhaqq

  • #2
    assalamo alaykom

    merci sur barakalaho fik c'est trs important

    est ce que je peux enregistrer ton sujet ?s








    1. 0 1.

    2,525, 26-09-2016 21:58.

    ...
    X